Rapport d’enquête sur le maintien de l’ordre à Bordeaux du 17 Novembre 2018 au 16 Février 2019

“Une politique d’intimidation”

« Si l’Humanité échoue à concilier la justice et la liberté,
alors elle échoue à tout. »

Albert Camus  ( Version féminisée )

L’Observatoire Girondin des Libertés Publiques publie son rapport d’observation sur le maintien de l’ordre à Bordeaux sur la période du 17 Novembre 2018 au 16 Février 2019.

Voici le sommaire :

1 Choix méthodologiques

2 Une politique d’escalade de la violence

2.1  Manifestations des 1er et 8 Décembre 2018 à Bordeaux : Les faits

2.2  L’absence de politique de communication pacificatrice

2.3  Des sommations inexistantes, inaudibles ou artificielles     

2.4  Une communication agressive        

2.5  Des dispositifs sources de tension 

  • La mairie de Bordeaux : des barrages policiers pour protéger un palais fortifié
  • Les brigades anticriminalité (BAC) et autres forces non-spécialisées dans le maintien de l’ordre
  • Le retour des Pelotons voltigeurs mobiles (PVM)
  • La pratique des nasses (ou kettling)

3 La répression des manifestations lycéennes 

4 L’usage non-maîtrisé et dangereux des armes             

4.1. Liste des armes qui équipent la police et la gendarmerie pour le maintien de l’ordre.         

4.2. Traumatismes psychologiques et physiques liés a l’usage des armes sur les personnes.    

4.3. Synthèse des blessures lors des manifestations des Gilets Jaunes. (témoignages)               

  • Grenades GLI-F4 (sur 3 témoignages)
  • LBD-40  (sur 26 témoignages)
  • Grenade, type non identifiée ( sur 1 témoignage)
  • Lacrymogènes ( sur 3 témoignages )
  • Arrestation ( 3 témoignages )

5 La répression judiciaire            

  • Sur les entraves à la liberté de manifester         
  • Sur les gardes à vue 
  • Sur le traitement judiciaire des procédures à l’encontre des manifestant·es gilets jaunes    
  • Sur les comparutions immédiates   
  • Sur les convocations par officier de police judiciaire    
  • Sur les autres modalités de poursuites         

6 Conclusions

COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 13 Avril 2019

Le Samedi 30 Mars 2019 à Bordeaux les violences policières contre les manifestants et les manifestantes ont franchi un nouveau palier : vers 17h nous avons assisté à une intervention particulièrement grave à l’intérieur du bar- tabac du Marché, place des Capucins.

A la suite d’une charge sans sommation, avec usage de grenades, des manifestants et manifestantes se sont réfugié.es dans le bar-tabac. Des forces de l’ordre ont alors pénétré violemment dans cet établissement, ont porté des coups de matraque sur des personnes présentes et ont cassé du mobilier pour faire sortir manu militari les manifestant.es qui s’y étaient réfugié.es. Des clients et clientes ainsi que des enfants étaient présent.es et terrorisé.es. Des images montrent des policiers munis de LBD-40 visant des personnes dans la rue, à hauteur de tête.

Ces personnes ne présentaient aucune menace ni pour l’ordre public ni pour les forces de l’ordre et nous considérons que cette intervention inadmissible relève de la volonté de terroriser les Gilets Jaunes et de les dissuader de manifester.

Le samedi 6 avril, en fin de manifestation cours d’Albret, toutes les issues sont condamnées par les forces de l’ordre, ce qui oblige les manifestant.es à se rendre dans une rue interdite de manifestation par arrêté préfectoral. La police attendait les Gilets Jaunes dans les rues adjacentes et a alors verbalisé un grand nombre de Gilets Jaunes par des contraventions à 135 euros.

Ce même Samedi 6 Avril 2019 les street-medics ont été interpellés par les forces de l’ordre vers 13h30, à proximité de la Place de la Bourse. Ils/elles se sont fait confisquer leur matériel de protection (casque, masque, lunettes) mais aussi leur matériel de communication (radio) ainsi que leur tee-shirts croix rouges ou croix bleues. Ils/elles ont été clairement menacé.es de devenir des cibles s’ils/elles s’affichaient à nouveau et menacé.es d’une amende à 135€ s’ils/elles manifestaient avec les Gilets Jaunes.

De plus, deux street- médics ont cherché à s’éloigner des contrôles. La police leur a tiré dessus avec des LBD-40 en les blessant. Ils ont dû être conduits à l’hôpital en urgence. Au moins trois street medics ont été placés en garde à vue afin de bien leur faire comprendre qu’ils ne doivent plus manifester le samedi avec les Gilets jaunes.

Cet acharnement policier contre ces bénévoles médicaux qui portent secours à tous les blessé.es dans les manifestations, autant Gilets Jaunes que policiers, et ce depuis le 17 novembre, est un acte politique grave. Les policiers ont évidemment agit sur ordre de leur hiérarchie, la préfecture, voire le ministère. Veulent-ils déstabiliser la lutte en s’attaquant à un symbole de solidarité ? Veulent-ils faire peur aux Gilets Jaunes pour affaiblir les manifestations et leurs soutiens alors que la lutte est ancrée dans la durée ? Cette stratégie politique est dangereuse pour les libertés publiques et individuelles. Elle renforce aussi la détermination des Gilets Jaunes et leur sentiment d’injustice. Par la dérive autoritaire qu’elle exprime et qui s’ajoute aux dernières lois liberticides, elle constitue une menace pour notre démocratie.

L’Observatoire girondin des libertés publiques avec : C.L.A.P. 33, FSU 33, Greenpeace Bordeaux, Libre pensée Gironde, Ligue des droits de l’Homme Gironde, SAF 33, ASSO Solidaires 33, Union Juive Française pour la Paix Aquitaine, AC! Gironde

COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 17 janvier 2019

La manifestation du samedi 12 janvier a fait l’objet d’une répression violente : un homme a été placé dans le coma jusqu’à ce mercredi 16 janvier après avoir reçu un projectile à la nuque à une distance inférieure aux règles d’usage et un jeune homme a été éborgné par un tir de lanceur de balle de défense. Nous avons par ailleurs reçu plusieurs témoignages ou signalements de violences policières.

Ainsi, un homme a été frappé à de multiples reprises pour le forcer à se mettre au sol, un autre a été vu se faire matraquer, cours de la Marne, alors qu’il s’en allait, seul. Des gaz lacrymogènes ont été envoyés sans motifs apparents en haut de la rue Sainte-Catherine à Bordeaux, provoquant des scènes de paniques et touchant, en plus des manifestant.e.s, des passant.e.s, y compris des enfants en très bas âges.

Cela n’est pas exhaustif : beaucoup de manifestant.e.s craignent de témoigner publiquement. Depuis le début du mouvement des “gilets jaunes” mi-novembre, de très nombreuses blessures sont à dénombrer en Gironde du côté des manifestant.e.s et des journalistes. Ce week-end a été l’occasion d’un recours à des armes (lanceurs de balles de défense, grenades…) non nécessaire et disproportionné de la part de personnes dépositaire de l’autorité publique, en violation des règles prévues par le Code de la sécurité intérieure.

Tout en déplorant le recours à la violence d’où qu’il émane, l’Observatoire girondin des libertés publiques dénonce fermement la brutalité et l’illégalité de telles pratiques de “maintien de l’ordre”, en partie exacerbées par les discours “déterminés” des plus hauts représentants de l’État (cf. propos de M. NUNEZ secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Intérieur en déplacement en Gironde le 10 janvier dernier et de M. LALLEMENT, préfet de Gironde). Les règles en vigueur exigent des forces de l’ordre une réponse nécessaire, adaptée et proportionnée : ce samedi, chacune de ces conditions ont été dépassées au-delà du simple excès. Nos associations, soucieuses du respect du droit de manifester et des autres droits fondamentaux, demandent aux pouvoirs publics de mettre en œuvre immédiatement une politique d’apaisement et de désescalade.

L’Observatoire girondin des libertés publiques avec : ASSO Solidaires 33,
STI Bordeaux, CIP Gironde, C.L.A.P. 33, la Clé des ondes Gironde, le Club de la presse, FSU 33, Greenpeace Bordeaux, Libre pensée Gironde, Ligue des droits de l’Homme Gironde, SAF 33, SNJ-CGT, UD-CGT Gironde, UFAL, Union Juive Française pour la Paix Aquitaine

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de la Gironde

Lettre du 21 décembre 2018

Dans un courrier du 6 décembre 2018, l’Observatoire girondin des libertés publiques vous a saisi à propos de votre politique du maintien de l’ordre. À ce jour, vous n’avez pas répondu à ce courrier signé notamment par l’Observatoire et plusieurs associations et syndicats vous demandant d’assurer le respect du droit de manifester.


Après les manifestations du 1 er décembre, puis des manifestations lycéennes dans la semaine, les manifestations dites des « Gilets jaunes » des samedi 8 et 15 décembre ont donné lieu à des violences entraînant des blessures graves.
La Place Pey Berland a été bloquée par les forces de l’ordre qui ont fait un usage de LBD et de grenades lacrymogènes et assourdissantes. Les sommations auxquelles ont procédé les forces de l’ordre avant l’envoi de différentes grenades ont été purement formelles et défaillantes. En effet, audibles uniquement au tout premier rang de la manifestation, elles ne l’étaient pas quelques mètres plus loin où ont été envoyées les premières grenades lacrymogènes. Compte tenu des évènements des semaines précédentes et des moyens déployés, vous ne pouviez pas ignorer, monsieur le Préfet, que les moyens d’annonces des sommations seraient très insuffisants, ce qui participe à une escalade de la violence.

Par ailleurs, l’usage des grenades GLI-F4 dites assourdissantes est extrêmement dangereux et a causé de graves blessures dont une à un manifestant qui a perdu la main. Les lanceurs de balles de défense (LBD) sont également inappropriés au maintien de l’ordre ainsi que l’ont reconnu le Défenseur des droits, puis, en décembre 2017, le Préfet de Paris.

Pourtant, ces armes continuent d’être utilisées même en l’absence de danger imminent. Ainsi, il a pu être observé par nos soins que ces LBD ont été utilisées contre des gens peu nombreux, isolés, et ne représentant aucune menace immédiate. Un journaliste photographe, porteur d’un brassard presse, a été touché au bras par un tir de flashball près de la place Pey Berland. L’Observatoire Girondin des Libertés Publiques s’alarme du recours à ces techniques et des dangers qu’elles représentent. Loin de réussir à pacifier la situation, elles n’ont fait que l’aggraver.

Les premiers éléments de l’enquête que nous menons sur ces évènements indiquent que l’engrenage de la violence résulte notamment de l’absence d’une politique de désescalade qui aurait dû être opérée dès les manifestations du 1 er décembre. L’Observatoire Girondin des Libertés Publiques s’inquiète des atteintes disproportionnées au droit de manifester découlant de la mise en œuvre de techniques très répressives du maintien de l’ordre ayant entraîné un basculement de manifestations en émeutes. Nos observateurs continueront d’être présents sur les prochaines manifestations afin de vérifier que les droits des manifestants, des journalistes et leur intégrité physiques sont préservés. Nous avons décidé de mener une enquête sur ces évènements au sein de l’Observatoire girondin des libertés publiques.

L’Observatoire girondin des libertés publiques avec la Ligue des droits de l’Homme 33, la FSU 33, AC ! 33, le Club de la Presse de Bordeaux, la Fédération de la Gironde de la Libre Pensée, Greenpeace Bordeaux, le Syndicat des avocats de France 33